Histoire et patrimoine

La commune d'Onet-le-Château possède un patrimoine exceptionnel. De nombreux monuments -châteaux, édifices religieux, vestiges gallo-romains - témoignent d'une histoire dont l’origine se concentre ente le XVème et le XVIIème siècle qui correspond au développement au cours du Moyen Âge.

L’église Saint Joseph l’Artisan

C’est en 1962, dans un quartier en pleine expansion, que l’architecte Gérard Sacquin lance la construction de l’église Saint Joseph l’Artisan.

La qualité remarquable de la charpente en nid d’abeille en lamellé-collé de celle-ci, lui vaut, quelques années plus tard en Mai 2005, son inscription à l’inventaire des monuments historiques. Une charpente que l’on doit à l’entreprise Charles Frères de Bouillac, dont les Halls de Rodez portent le nom.

En décembre 1964, le carillon fut installé. Un carillon qui résonne de l’histoire de quelques-uns des premiers habitants des Quatre-Saisons. Fondues par la Maison Paccard d’Annecy, les neuf cloches du carillon prirent place en juin 1934 dans l’église de Turenne, petite ville d’Algérie à 170 km d’Oran. Trente ans plus tard, le carillon pris le chemin emprunté peu de temps auparavant par d’anciens habitants de Turenne qui avaient trouvé à Onet-le-Château une nouvelle terre d’accueil. (L’histoire complète du carillon est relatée dans le journal paroissial).

L’église Saint Joseph l’Artisan inaugure le 30 Mai 2015, son nouvel orgue. D’une envergure importante, celui-ci a été réalisé par la Manufacture Languedocienne des Grandes Orgues (entreprise spécialisée dans une facture d’orgues artisanales).  Composé de 2 claviers de 56 notes et d’un pédalier, cet œuvre remarquable de 15 jeux complets, contribue à l’éclat et au développement de l’église Saint Joseph l’Artisan. Plus de 500 tuyaux composent le buffet d’orgue dont une part sont à 80% d’étain. L’ensemble sera de style contemporain, un buffet néo-classique polychrome.

Une œuvre musicale au centre de cette impressionnante architecture religieuse labellisée Patrimoine XXème siècle, à découvrir…

1~0

La chapelle cadastrale

Issue du XVIème siècle, pendant la refonte du Château, La chapelle d’Onet-le-Château occupe presque l’ensemble de l’aile est de l’édifice. Future église paroissiale, la chapelle a fait l’objet de plusieurs travaux importants entre 1841 et 1845 puis entre 1891 et 1894 pour avoir son aspect actuel.

De style gothique flamboyant, la chapelle, sécurité oblige, n’avait pas d’accès direct depuis l’extérieur.

Elle devait s’ouvrir primitivement par 4 fenêtres gothiques assez élancées : deux côté cour et deux côté extérieur. Ce n’est qu’au XIXème siècle que fut ajouté, avec deux chapelles latérales, un accès extérieur côté est. On peut ainsi lire « 1842 » au-dessus du vitrail côté est et « 1849 » au-dessus de la porte de l’ancienne école – tour carrée. Au sud, un vitrail en forme de rosace est curieusement protégé par une fenêtre extérieure.

L’intérieur comprend 3 travées dont une forme le chœur. On remarque les sculptures à la retombée des voûtes et, creusé dans un grand chapiteau de marbre blanc datant de l’époque gallo-romaine auquel un second, plus petit, sert de base, un bénitier.

Autres pièces classées à l’inventaire des monuments historiques, le Christ en croix, (bois peint, XVIème ou XVIIème) ; le retable et tabernacle du maître-autel avec bustes-reliquaires et statue de la Vierge à l’Enfant (bois peint et doré du XVIIIème) ; l’Assomption de la Vierge (huile sur toile) et son retable d’encadrement (XVIIIème-XIXème) ; l’Immaculée Conception, (statue de la Vierge en bois doré du XIXème) et enfin un Bouquet doré sous globe de verre (XIXème-XXème).

Le Château d’Onet Village

Protégé à l’inventaire des monuments historiques par arrêté préfectoral du 12 septembre 1977.

Situé au cœur de la commune Castonétoise, le château d’Onet est une véritable pièce historique médiévale de la commune. Composé d’un logis d’habitation, et d’une chapelle, aujourd’hui église paroissiale, l’édifice médiéval a été labellisé monument historique en 1992.

Situation historique

Bâti au XIIIème siècle, la construction du Château ne sera poursuivie qu’au début du XVIème siècle (1518-1519). Selon une légende racontée pendant plusieurs années, il aurait existé une force maléfique qui détruisait, le soir venu, les travaux réalisés sur le chantier le jour. La légende prit fin, à la mort des frères Girma, après un mystérieux incendie sur le chantier. Désireux de bruler le château et présumés incendiaires, ils ont tous les deux été brulé sur la place d’Olms à Rodez.

Aujourd’hui classé parmi les monuments historiques de la région midi-pyrénéennes, le Château était anciennement destiné aux chanoines de Rodez qui l’utilisaient comme une seconde résidence pendant les périodes difficiles et pendant la période estivale. En effet dressé sur ses 628m,  ce château-fort représentait entre le XIII et le XVIème siècle, un lieu de protection pendant les années de troubles qui ont secoué la France.

Le Château a fait l’objet de plusieurs échanges durant des siècles. En 1198, le mas d’Onet fut donné à l’abbaye de Bonnecombe par B. Enjalbert. Un siècle plus tard, en 1292, les moines de Bonnecombe échangèrent Onet contre des terres que possédait le chapitre de la cathédrale de Rodez. Soixante-huit ans plus tard, une partie de ces biens passa aux mains des dominicains de Rodez. C’est pendant la Révolution Française, entre le 17 décembre 1792 et le 23 Juin 1796, que sont mis en vente le mobilier et le Château d’Onet Village. Divisé en 36 lots estimés à 949 livres 14 s. 6 deniers, le mobilier fut adjugé à 22 personnes pour 1. 328 1. 5 s. 9 d. . Le château à son tour, fut vendu le 5 messidor an IV (le 23 Juin 1796) à Léonard Chivaille, vérificateur, et à Antoine Chabbert, receveur de l’enregistrement, tous deux de Rodez.

Description de l’architecture

D’une forme quadrilatère et entouré de trois tours à niveaux d’élévations différents, le monument est composé de trois ailes : le logis d’habitation au sud, la Chapelle à l’est et une aile ruinée au nord.

La porte ogivale de l’entrée était munie d’une herse de bois qui coulissait entre les murs, telle qu’on en peut voir encore, à Salles-Curan. Elle s’ouvre entre deux tourelles coiffées de poivrières en pierres. Derrière ses façades munies de meurtrières, le logis d’habitation et sa chapelle devenue une église, apparaissaient flanqués d’autres tours dont l’une sert à l’heure actuelle de clocher. On accède à la demeure canoniale par une porte du XVe siècle parfaitement conservée qui s’ouvre au pied d’un escalier en pierre, à volées droites muni de larges marches et voûté d’arêtes. Au rez-de-chaussée, aux premier et deuxième étages de ce monument, existent encore de belles et vastes cheminées en très bon état.
Derrière ses tourelles, ses larges blocs de calcaire blond et ocre, le Château accueillait, vers 1930, à la fois un presbytère et une école. Sa haute tour-donjon fut abattue à la Révolution. Le Château et son église appartiennent aujourd’hui à la population Castonétoise.

chateau d'onet4

Visitez virtuellement le Château d’Onet est désormais possible grâce au portail Midi-Pyrénées Patrimoine.

Commencer la visite

Les circuits de randonnées

La commune d’Onet-le-Château compte près de 70 km de randonnées pédestres. Parmi ces circuits : Le Moulin de Cantaranne, Chemin du Causse, Chemin des crêtes, Les puechs, la Route des châteaux, Chemin de Capelle…

Autant d’itinéraires qui permettent de s’arrêter sur le riche patrimoine architectural de la commune.

A télécharger sur cette page…